ALIMENTATION ET ETAT NUTRITIONNEL DU POST-PARTUM : INFLUENCE DES MODALITES D’ACCOUCHEMENT A XAYABOULY, LAOS, ANNEE 2005

Présenté par : Dr Khoutphet PHOMMATHET

La malnutrition est un problème important pour la santé des populations dans le monde. . www.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA53/fa7.pdf( Page 1).Dans les pays en voie de développement, près d’un tiers des enfants de moins de cinq ans souffrent d’ insuffisance pondérale modérée ou grave (soit 183 millions d’enfants).  Plus de 2 milliards de personnes, essentiellement des femmes et des enfants souffrent de carences alimentaires provoquées par l’absence d’un ou plusieurs micro-nutriments importants. Au Laos, 15,4% des enfants de moins de 5 ans présentent une malnutrition aiguë, 40% une malnutrition chronique et 40,7% un retard de croissance. 10% de  femmes accouchent à l’hôpital, 90% à domicile. 78% des femmes pratiquent un régime alimentaire de restriction post  accouchement.

Notre étude avait pour objectif d’étudier le comportement alimentaire des femmes en période post-partum pour elles mêmes et pour  leur enfant, d’évaluer leur état nutritionnel, de déterminer si l’accouchement en milieu hospitalier induit des pratiques et des comportements alimentaires différents.

C’est une étude prospective longitudinale réalisée du 2 mars au 29 juin 2005. Les femmes ayant accouché ont été incluses après une sélection aléatoire de villages dans la région de Xayabouly : 30 femmes ayant accouchés à l’hôpital et 60 à domicile. Un questionnaire portant sur les pratiques a été posé lors de 4 passages mensuels. Les critères utilisés pour évaluer l’état nutritionnel étaient ceux de l’OMS : (pour la mère BMI=Poids(kg)/Taille2(cm), pour l’enfant (Indices poids/âge, poids/taille, taille/âge). L’apport calorique des femmes a été mesuré par interview selon la technique des ingesta de la veille.

Le nombre de femmes atteint de Déficit en Energique Chronique (BMI< 18.5) augmente entre le début (7.7%) et la fin (16%) du suivi. 100% des femmes pratiquent l’exposition au feu post-partum et le régime alimentaire restrictif.

La durée de l’exposition au feu est plus longue chez les femmes accouchant à l’hôpital, mais leur durée du régime alimentaire est moins longue (p=0.001).  L’apport calorique passe de 1598 cal à 1779 cal/jour selon le mode d’accouchement (ns). Les femmes accouchant à l’hôpital consomment davantage de fruits et de viandes.

100% des nourrisson avaient reçu du  colostrum et l’allaitement précoce. Les femmes rapportent une  date d’alimentation complémentaire théorique à 6 mois mais on n’a pas pu vérifier la pratique réelle. Les enfants  nés à domiciles étaient plus souvent malades.

L’étude prospective de 90 femmes post-partum dans la région de Xayabouly montre la forte persistance des traditions, et un début d’appropriation des messages de santé diffusés dans la région. Le niveau de malnutrition chez les mères allaitant est préoccupant de par ses implications pour le jeune enfant (carence en micro nutriments, retard de croissance à venir).